Création de l'aérodrome de Longuyon-Villette


Depuis 1951, MM Maurice WEBER et Henry GAULIER, passionnés d'aviation, volent à Fromeréville-lés-Vallons (Verdun) et Belval (Charleville). Aussi décident-ils de chercher un terrain sur Longuyon.
Leur choix se porte sur le terrain militaire. Malheureusement, la piste n'est pas autorisée par l'Armée. Ce terrain est devenu maintenant le siège de l'usine KAISER, réputée dans le monde entier pour ses remorques poids lourds. Grâce à sa tour de refroidissement et ses bâtimens blancs, c'est un excellent repère de navigation.

A cette époque, la Région de Longuyon est animée par la présence de deux bases aériennes importantes des troupes de l'Otan qui ont sillonné le ciel sur leurs T33 puis leurs Sabres F86 et Super Sabres F100 jusqu'en 1963, lorque la France s'est séparée du Commandement de l'Alliance Atlantique.

L'une des bases, située à Marville (LFYK) était occupée par des aviateurs canadiens qui habitaient pour la plupart Longuyon, un quartier devenu bien sûr "Les cités canadiennes".

Cette piste, qui a servi de base relais à l'Armée de l'Air, a été rachetée par le Département de la Meuse et a accueille quelques entrprises artisanales. Deux clubs d'avions, tous deux issus de Villette, et un club d'ULM utilisent 1.000 mètres de taxiway.

La deuxième base, située à Etain Rouvres (LFQE) était occupée par des avions américains dont les pilotes étaient logés dans la périphérie d'Etain, Cité des clairs Chênes.
Depuis son évacuation, elle est occupée par le 3ième Régiment d'Hélicoptères de Combat, dont les Gazelles et Pumas volent sur tous les théatres d'opération de la planète, et se trouvent pour l'instant en opération de secours en Indonésie.

C'est grâce à ces forces de l'Otan que, le 9 septembre 1956, est organisé un grand meeting aérien, 45 ans après le premier meeting aérien de la région, sur le plateau de Noërs en présence de 12.000 personnes.

Henry GAULIER cherche le propriétaire des moutons qui se trouvent sur un terrain à Villette.
Ils appartiennent à M.Robert OPSTATER, qui est joint à Noërs par un ami de l'Aéroclub, M.ROLLIN.
Après rendez-vous avec le berger, un accord est conclu, nous avons enfin un terrain.

Le 5 octobre 1955, Maurice WEBER et Henry GAULIER fondent "Les Ailes Longuyonnaises".
Un comité est créé avec comme Président le Docteur GOUSSET, Maire de Longuyon.
Déclaration à la sous-préfecture des AIles Longuyonnaises.
Parution au Journal Officiel le 8 novembre 1955.

M.Léonce WATRIN, de la DDE, nous implante une piste.
Hiver 57-58, nous installons un hanger, acheté à la Chaudronnerie Lorraine de Longuyon, pour un montant de 2 millions de francs de l'époque.
Pour couler les plots, nous avons recours à M. André VAGLIO, et M. COURTY nous amène l'eau.

Le comité décide l'achat d'un premier avion Piper de 55 CV, payé 900.000 francs (de l'époque). Le financement se concrétise grâce aux dons du Dr Henry GOUSSET et de Maurice WEBER.

Le 21 novembre 1959, un nouveau comité est créé :
Dr Henry GOUSSET, Président d'honneur,
Maurice WEBER, Président,
M. FRITZ, chef pilote.

A cette époque, l'heure de vol, avec ou sans moniteur, coûte 39 francs.
La cotisation adulte est fixée à 20 francs, et 10 francs pour les moins de 20 ans.

Lors de l'Assemblée Générale du 27 avril 2008, M. MAurice WEBER est nommé membre d'honneur.
Lors de l'Assemblée Générale du 21 février 2010, M. Henry GAULIER est nommée membre d'honneur à titre posthume.

Le 14 avril 1960, Robert DRAPIER, nouveau Maire de Longuyon. Il prend la présidence du comité.

-/-/-/-/-/-/-/-/-/-/-/-

Suite

-/-/-/-/-/-/-/-/-/-/-/-

Le premier hangar côté est, c'est à dire à l'entrée a été construit en 1957.Le second hangar à proximité de la station d'avitaillement a été érigé en 1964. Lors de sa construction, une coupe de bois a été effectuée et une convention d'utilisation de l'aérodrome a été signée cette même année pour une durée de 18 ans. Cette dernière avait pris fin en 1982. Depuis cette date rien n'avait plus jamais été tenté pour préserver légalement l'aérodrome géré sous la couverture d'un simple bail agricole précaire.
A la suite de la présidence de Monsieur Drapier se sont succédés les présidents suivants:
Messieurs  Bernard L'abbé, Philippe Deredinger, Philippe Parotte, Philippe Prévot, Nigel Walters, Patrice Garcia et depuis le 18 février 2007, Michel Soulignac.
L'équipe en place depuis, a réussi avec l'accord de la municipalité et l'aide de la DGAC à mettre en place les principaux éléments de sa pérennité. L'aéro-club Frontières lorraines ou ACFL devenait enfin un aérodrome habité d'un espoir d'avenir.
Une convention d'état a vu le jour entre la Mairie de Villette et l'état via la DGAC.
Un sous-traité de gestion a été établi devant notaire entre la Mairie l'Aéro-club et la DGAC.
Une convention d'utilisation d'aérodrome a été également mise en place avec une entreprise à vocation aéronautique, "ULM-Passion-Lorraine".
Pas moins de 5 hangars nouveaux ont vu le jour pour accueillir de nouveaux adhérents. Une convention a été également établie entre ces nouveaux propriétaires et l'aéroclub.
Un NOTAM existant depuis l'an 2000 empêchait les aéronefs non basés de poser sur l'aérodrome sauf autorisation provisoire et limitée par la DGAC.
Toujours avec l'accord de la commune une bande de bois a été abattu pour permettre un dégagement latéral suffisant côté nord conformément aux normes sécuritaires de l'OACI  (Organisation de l'Aviation Civile Internationale).
La piste a été réduite de 10 mètres en largeur côté nord pour parfaire ce dégagement latéral et permettre la validation du taxiway toujours côté nord. Deux seuils de piste décalés ont également vus le jour afin de régulariser le cône d'envol par rapport à la présence de la forêt domaniale.
C'est officiellement depuis le 7 mars 2013 qu'une nouvelle carte VAC a été éditée laissant apparaître toutes ces modifications (voir sur le site du SIA). Cette date restera gravée dans l'historique puisqu'elle lève du même coup le NOTAM qui empêchait les visiteurs de se poser. Les conditions particulières au dos de la carte VAC sont à prendre en compte par les visiteurs, le vent du nord est toujours un réel danger lié à la configuration de l'environnement.
Pas moins de 75000 € ont été nécessaires pour la mise aux normes de l'aérodrome LFGS. Aucune subvention n'a jusqu'à présent été accordée à l'aéro-club  dans le cadre de cette mise en conformité. Ce dernier n'étant pas propriétaire, simplement mais sûrement gestionnaire agréé.
Un projet d'extension de périmètre est en cours, en vue d'accueillir une ou plusieurs sociétés à fonctions aéronautiques puis de nouveaux particuliers.
L'année 2012 s'est achevée avec 118 membres à jour de cotisation. La politique de développement menée par l'équipe actuelle n'a qu'un but bien précis:
Maintenir son école agréée, à terme la certifier  avec l'ATO,  s'entourer d'acteurs économiques qui aideront à valider les intérêts culturels et sportifs de la plateforme pour les générations futures.
Bien que l'année 2013 démarre froidement, l'Aéroclub propose pas moins de trois Robin DR400 et 2 ULM multiaxes de 80 et 100cv C42 IKARUS.
Un instructeur FE(examinateur) chef pilote, une instructrice avion, un instructeur avion, et deux instructeurs ULM sont à la disposition des candidats élèves pilotes AVION ou ULM MULTIAXES (Avion léger 2 places). Vous trouverez leurs coordonnées sur ce site afin de les retrouver sur notre terrain nommé LFGS, au club house de l'aéroclub FRONTIERES LORRAINES  (ACFL).
BONS VOLS à TOUTES et à TOUS de la part de toute notre équipe.

Michel Soulignac : Président.